pomme de terre primeur

pomme de terre primeur

12 juin 2018

les pommes de terre primeur

Les pommes de terre primeur comme les pommes de terre nouvelles sont commercialisées de la mi-avril à la fin juillet. Au-delà de cette date il s’agit de pomme de terre dites de conservation. Mais quelle différence entre les deux ?

La « primeur » est la plus jeune des deux, sa peau est très fine, si fine qu’elle est dite « pelucheuse ». En général on la consomme avec la peau ou on se contente de la frotter. Elles sont récoltées 90 jours après la plantation 

La « nouvelle » a une peau qui tient un peu plus à la chair de la pomme de terre. Elle est moins précoce puisque récoltée 120 jours après la plantation 

Il existe plus de 15 variétés de pommes de terre primeur cultivées en France soit 120 000 tonnes annuelles. Elles sont cultivées principalement dans les régions littorales de la Manche (pointe du Cotentin, val de Saire) et de la côte atlantique (îles de Ré et de Noirmoutier) ainsi que dans le val de Saône, la Camargue et le Roussillon. Des régions où la terre est légère voire sablonneuse.

Seules les pommes de terre nouvelles de l’île de Ré et du Roussillon bénéficient d’une AOC et d’une AOP. Il s’agit des variétés « Béa » dans le Roussillon et alcmaria, goulvena, pénélope, starlette, carrera,  amandine, BF 15, charlotte, roseval pour l’île de Ré.


pdt

Le territoire insulaire de l’Ile de Ré

Les pommes de terres AOP sont mise en germination, produites, triées, calibrées et conditionnée sur le territoire de l’ile de Ré selon une cartographie bien précise.

La primeur grandit sur un terroir propice : un berceau de sols calcaires, secs et sablonneux de l’ile, lascivement balayés par la brise marine.

L’origine de la pomme de terre AOP

La production de pommes de terre sur l’île de Ré a été dans un premier temps une culture “d’autoconsommation”. L’île de Ré tirait alors essentiellement ses richesses de la culture de la vigne et du sel.

La pomme de terre devient un sujet d’intérêt dans les premières années du XXème siècle, pour pallier le manque de revenus occasionné par la destruction des vignes par le phylloxéra.

En 1906 et 1912, les viticulteurs se sont alors tournés vers la pomme de terre de primeur : le climat tempéré de l’île, la nature des terrains s’y prêtant parfaitement. L’essor de cette culture s’est produit au lendemain de la deuxième guerre.

Aujourd’hui la culture de ce précieux tubercule est l’activité maraîchère principale de l’île de Ré.


De quelles variétés parlons nous 

La Bonnotte : (Noirmoutier) C’est la plus ancienne des variétés de pommes de terre cultivées à Noirmoutier. La production est faible, 100 tonnes c’est peu par rapport aux autres variétés dont la production oscille entre 4000 et 5000 tonnes. Elle est récoltée début mai. Sa chair est fine mais elle doit être consommée dans les 72 heures.

La Sirtema : (Noirmoutier) Récoltée du 15 avril au 20 juin. C’est une pomme de terre ronde à la chair blanche et un peu sucrée. Elle a une bonne tenue à la cuisson, idéale pour les pommes de terre rissolées.

La Lady Cristl : (Noirmoutier) Récoltée du 5 mai jusqu’au 1er juillet, la Lady Cristl a une forme plus allongée et une chair jaune. Elle est idéale pour une cuisson vapeur.

La charlotte : (Île de Ré) Récoltée du 1er juin au 15 août, c’est sans doute la variété la plus connue. Elle a une chair blanche et ferme et sa forme est plutôt allongée. D’une bonne texture elle supporte autant d’être cuite vapeur ou rissolée.

La Bea : (Roussillon) C’est une belle pomme de terre de forme allongée et plate, très régulière, à peau de couleur jaune. Sa chair est jaune pâle. En bouche, elle libère une saveur légèrement sucrée, sans amertume et sa texture est fondante.