Le physalis

Le physalis

14 décembre 2019

Le physalis, ou alkékenge, est paré de nombreux noms, tous plus évocateurs les uns que les autres : herbe-aux-lanternes, coqueret, amour-en-cage, cerise d’hiver… Son nom, issu de l’arabe al-kakâng, signifie “lanterne”. Les surnoms donnés au physalis sont aussi nombreux que ses variétés. Ce fruit originaire des Andes appartient à la même famille que la tomate. le physalis fut découvert par les conquistadors espagnols au XVIe siècle, immédiatement séduits par sa saveur gourmande et sucrée. Le fruit est ensuite rapidement introduit en Inde et dans les Antilles, où il est toujours cultivé.


physalisss

La baie, juteuse et sucrée ou acidulée, est recouverte d’un calice qui sèche à maturité. Son nom tient à sa fructification sous la forme d’une vessie nervurée, verte d’abord, devenant jaune, puis rouge orangé lumineux. À l’intérieur de cette vessie végétale se trouve le fruit proprement dit : une baie rouge, juteuse, comestible et exceptionnellement riche en vitamine C.

les variétés

Le physalis possede plusieurs dizaines de variétés, de couleurs, de goûts différents. ils ne sont pas tous comestible. On en dénombre trois sur les étals français : le physalis du Pérou, le physalis à goût de prune et le physalis mexicain.

arbre physlais

choisir et les conserver

la base du calice doit être parfaitement sèche.  il se conserve très bien, entouré de son calice, à l’air ambiant pendant trois à quatre mois.