Ananas

Ananas

4 janvier 2020

ananas

Du mot indien « nana » qui signifie « parfum ».

Famille : des broméliacées

anananas

Descriptif : L’ananas n’a pas besoin d’être présenté ! La plante qui porte le même nom que le fruit ressemble à un yucca ou à un agave. C’est une plante vivace, originaire d’Amérique, pouvant atteindre 50 cm de hauteur, répandue avec la colonisation. Maintenant cultivé en Martinique et notamment en Côte d’Ivoire, l’ananas est un fruit composé de 100 à 200 baies (ou yeux) assemblées sur un axe central. C’est une plante buissonnante herbacée, de forme ovale, de couleur brun orangé avec des feuilles raides, dressées et effilées, longues et piquantes à son sommet qui émergent en une rosette centrale. Son fruit très particulier ne ressemble à aucun autre. La peau du fruit constituée d’une mosaïque d’hexagones, varie du vert au jaune. Les espèces sauvages ont des feuilles dentées, bordées d’épines, et produisent des graines ; ceux des variétés traditionnelles pesaient jusqu’à 8kg ! Sa chair est jaune et filandreuse. L’ananas possède une particularité, il n’a pas de graine, il se forme sans fécondation et ne se sème pas. La reproduction se fait par la souche de la plante avec le double du bourgeon ou par rejet. La récolte se situe entre 15 et 24 mois après plantation, son cycle est ramené maintenant à 10/12 mois. Chaque pied ne produit qu’un seul fruit.

Histoire : Découvert par Christophe Colomb et ses compagnons lors de son deuxième voyage en 1493, il est considéré alors comme le roi des fruits. Les Espagnols le nommèrent « pina » parce qu’il ressemble à une pomme de pin. Louis XV le fit cultiver à grands frais dans les serres de Versailles. Des motifs en ananas furent repris par les artistes européens, parfois déformés, sur des pommeaux et des poignées. En 1550, des ananas conservés dans du sucre étaient expédiés en Europe comme une friandise luxueuse, exotique et lucrative. A la fin du XVIème siècle, l’ananas s’était répandu jusqu’en Chine, aux Philippines et acclimaté à Java. Il colonisa peu à peu la côte ouest de l’Afrique. En 1686, un Hollandais du nom de Le Cour parvient à les cultiver sous serre et, en 1690, il approvisionnait les horticulteurs anglais. En 1702, Louis XIV put goûter un ananas mûri dans les serres du château de Choisy-le-Roi !

Variétés : Il existe plusieurs variétés dans le groupe « Queen » ; Victoria est la plus réputée :

  • « Victoria »  vient de la Réunion et des Antilles
  • « Cayenne lisse »  est produit intensivement depuis des années en Côte d’Ivoire et en Martinique
  • « Caraïbe »
  • « Red Spanish »  de couleur rouge mais dont la chair est plus blanche.

« Ananas vert bouteille » è Amérique centrale è peau verte à maturité

anananas coupe

Saison : C’est un fruit importé toute l’année sauf pour le « Queen » à maturité en décembre et janvier.

Conservation et achat : Le meilleur est sans conteste celui de Côte d’Ivoire (par avion), mais vous pouvez également le trouver en provenance de Martinique ou du Cameroun. De toutes manières, préférez celui qui arrive par avion que par bateau, ce dernier serait cueilli trop vert sans maturité. Attention, à la conservation des fruit mûrs : pas plus de 15 jours à température ambiante. S’ils ne sont pas mûrs, il faut éviter les températures inférieures à 8° et supérieures à 14° ; dans ces conditions, ils peuvent se garder au moins 3 semaines. Dans tous les cas : surtout ne les placez pas au réfrigérateur. On se base sur sa couleur et son odeur pour définir sa maturité. Ses feuilles doivent se détacher difficilement et être bien vertes, sa couleur doit être homogène, il doit posséder un parfum net (attention aux parfums trop forts, l’ananas est alors trop mature). Il ne doit pas être lourd dans votre main car sinon il serait gorgé d’eau. Attention aux ananas mous, de couleur pas très uniforme et aux feuilles détachables, ils seront de mauvaise qualité.

Santé : Ce fruit est rafraîchissant, désintoxiquant, stomachique. En effet, il agit sur votre organisme comme nettoyant mais en aucun cas, il n’est amaigrissant. Il agit sur les protéines grâce à un enzyme, la « broméline », mais pas sur les lipides. Il est donc efficace pour permettre une meilleure digestion, et est conseillé pour les fins de repas. Utilisez-le lors des changements de saison du fait de son statut de régulateur (ou nettoyage de l’organisme). Il est riche en fibres et peu sucré, également riche en glucides, en potassium et en vitamine C ; ce qui en fait un antidépresseur, un anti-fatigue.

anantranche